Votre panier est vide  Votre compte

Habemus Papam

Les Cloches de Saint Pierre Sonnent

Un Viel homme s'éveille et grogne

Le pape n'est pas du matin

Dans ses draps de brocard et d'or

Il ouvre un œil et se rendort

Et si l'avenir appartient

Qu'à ceux que le sommeil gave

Lui ne rêve que de conclave

De céder la place au prochain

Quitter les ordres vivre à sa guise

Loin des désordres de l'église

Seul à la croisée des chemins

 

Chaque matin un cardinal

Dépose les mules papales

Aux pieds du saint pieux du saint père

Et murmure au creux de l'esgourde

Aux bondieuseries devenues sourdre

Quatorze aves et deux paters

Le poids des coutumes et des us

Commence à lui trouer l'plexus

C'est une triste vérité

La vie n'est pas toujours le kiffe

Quand on est souverain pontife

L'heure de la retraite à sonné

 

Seul au fond de son lit, Pie le pape s'ennuie

Il a du vague à l'âme

Deux mots résonnent en lui

Habemus Papam

 

Il voudrait faire comme Benoit XVI

Lâcher la crosse et n'en déplaise

Aux grenouilles de bénitier

Les tenancières d'la catéchèse

Qu'ont toutes leur prénom sur une chaise

De l'église de leur quartier

Les mémère de haute vertu

Qui ne jurent que par leur salut

Et donneraient bien père et mère

En vue de déposer leur cul

Juste à la droite du barbu

Pour l'éternité tant qu'à Faire

 

Alors il joue sur sa Gibson

Sous la statue de la Madone

Le blues de son âme chagrine

Des standards de Robert Johnson

Douze mesures qui résonnent

Sous la voute de la Sixtine

Toute une vie pour son prochain

Encore faut il être certain

Que ledit prochain le mérite

Sa foi comme peau de chagrin

Sous la chaleur du ciel romain

A fini par prendre la suite

 

Seul au fond de son lit, Pie le pape s'ennuie

Il a du vague à l'âme

Deux mots résonnent en lui

Habemus Papam

 

Au matin d'un jour de paresse

Il a donné l'ultime messe

Et dans un geste symbolique

Rendu les clés d'la Mercedes

Demandé pardon à confesse

D'abandonné toute la clique

Et puis sans se faire prier

Il a enfourché sa Harley

L'image est rare, je vous l'accorde

Et lentement il est parti

Dans la poussière et dans le bruit

Like a poor Lonesone Cowboy

 

Fred DAUBERT

 

Illustration de "Habemus papam" par Bernard CAPO

Pape rock 001

Le site officiel de Bernard CAPO: http://www.bernardcapo.fr

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×